SAVOIR

Le vieux chien : informations générales

vieux chien

En fonction de la race à laquelle il appartient, le chien est dit vieux à un âge plus ou moins avancé. Comme chez l’homme les inégalités génétiques existent. On constate le vieillissement du chien lorsqu’il manifeste des changements de comportement.

Votre chien se fatigue plus rapidement, il éprouve des difficultés à se relever, il a de moins en moins envie de jouer, il émet des gémissements sporadiques… il vieillit tout simplement.

La médecine canine a elle aussi fait d’énormes progrès et la durée de vie des chiens a progressé. Il faut donc leur apporter plus de soins à partir d’un certain âge pour une vieillesse dans les meilleures conditions possibles. Et c’est tout naturel eu égard à l’affection et la joie qu’ils procurent à leur maître durant leur existence.

L’espérance de vie du chien

Les facteurs du vieillissement du chien

De nombreux facteurs peuvent influencer sur la précocité et la vitesse du vieillissement du chien. Les conditions de vie et les soins que son maître lui apportent figurent parmi les plus importants bien sûr. C’est ce qui explique qu’au sein d’une même race les écarts parfois importants de durée de vie, car un chien aimé auquel on prête une attention toute particulière à sa santé montrera des signes de vieillissement bien plus tard qu’un chien délaissé et alimenté avec une nourriture non adaptée à son métabolisme. Il arrive aujourd’hui de rencontrer des chiens qui décèdent à l’âge de 20 ans, fait encore rare mais grandissant.

L’espérance de vie canine par race

Tout le monde a entendu un jour que pour connaître l’âge humain d’un chien il suffit de multiplier par 7 son nombre d’années d’existence. C’est vrai, mais seulement pendant un certain moment de sa vie. Pour les chiens de petite taille, c’est bien une multiplication par 7, mais pour les plus grands, c’est par 10,5. Comme dit précédemment l’espérance de vie canine est inégale en fonction des races. Voici un comparatif de quelques races parmi les plus courantes en Europe.

RACEESPERANCE DE VIE
Caniche15 ans
Teckel14 ans
Jack Russel14 ans
Pékinois13 ans
Chihuahua13 ans
Dalmatien13 ans
Yorkshire13 ans
Labrador13 ans
Golden Retriever12 ans
Cocker anglais12 ans
Samoyède11 ans
Boxer11 ans
Berger allemand10 ans
Dobermann10 ans
Rottweiler10 ans
Dogue allemand8 ans
Bouvier bernois7 ans
Saint-bernard7 ans

Le patrimoine génétique chez le chien

Encore une fois, comme chez l’homme, le facteur génétique est très important. On sait par exemple que telle ou telle race est prédisposée à telle ou telle pathologie. Et plus en profondeur au sein d’une même race, il peut y avoir des variations en fonction de la lignée. Les éleveurs font très attention à la sélection des mâles et des femelles qu’ils utilisent pour la saillie afin que des tares génétiques ne soient pas transmises de génération en génération.

Les maladies chroniques

Les maladies chroniques sont bien sûr des facteurs majeurs de réduction de l’espérance de vie chez le chien. Le diabète, l’insuffisance cardiaque, ou encore l’insuffisance rénale font partie de ces maladies chroniques qu’aujourd’hui la science ne sait pas guérir. Cependant plus tôt le diagnostic est posé, plus le contrôle de la maladie peut être fait rapidement et en minimiser les effets.

L’alimentation

L’alimentation est un élément fondamental. En mode sous-alimentation ou sur-alimentation, la santé du chien en pâtit au fur et à mesure des années pour le conduire à une mort prématurée. L’obésité chez le chien entraîne des affections et troubles de fonctionnement cardiaque, respiratoire, ou encore hépatique. Il est donc important de non seulement respecter la quantité d’alimentation, mais aussi la qualité.

La condition physique

Faire de l’exercice physique est primordial pour le chien, à condition qu’il soit adapté, dans une intensité et dans une durée raisonnables. Un vieux chien peut tout à fait continuer à faire du sport s’il a été habitué dès son plus jeune âge, avec une adaptation à sa forme physique et à son âge.

Le stress

Certains chien sont plus stressés que d’autres. Souvent la raison est qu’ils ont été enlevés trop tôt à leur mère et n’ont pas l’assurance suffisante pour faire face à certaines situations. a peut être aussi bien le bruit du tonnerre, que celui des voitures, d’un klaxon, etc, ou la vue d’un inconnu qui entre dans la propriété, etc…

Les soins

Pour assurer à votre chien une longévité maximale, il est important de lui assurer des soins réguliers par un entretien courant et un suivi correct chez le vétérinaire.

Les signes physiques du vieillissement chez le chien

Il n’est pas toujours évident de se rendre compte que son chien vieillit car c’est un lent processus. Mais il vaut mieux ne pas s’en rendre compte lorsqu’il est trop tard pour compenser efficacement les effets. En connaissant les quelques signes révélateurs, vous saurez déceler les signes de vieillesse de votre chien.

L’apparition des poils blancs

Chez les chiens à robe foncée, le pelage commence à se parsemer progressivement de poils blancs. Ca débute généralement au niveau du museau pour s’étende progressivement vers l’arrière. C’est le signe de vieillissement du chien le plus facile à repérer, qu’il faut impérativement prendre en compte le plus tôt possible car c’est déjà tard pour se préoccuper de sa gestion.

L’apparence physique

Tout d’abord le chien perd de la masse musculaire, qui donne une impression d’amaigrissement. Les reliefs de sa face se creusent, les arêtes osseuses sont lus saillantes et les globes oculaires semblent s’enfoncer dans les orbites.
La forme des membres se modifie et leurs appuis changent. Cela a pour conséquence une modification sensible de la démarche, qui peut être amplifiée si le chien a des douleurs liées généralement à l’arthrose des membres, et de la colonne vertébrale.

Les modifications du comportement chez le vieux chien

Les transformation du chien vieillissant sont précoces et souvent spectaculaires. Elles sont suivies, dans un délai très variable, de modifications du comportement plus ou moins flagrantes.

Un besoin plus important de repos

Le chien n’a pas conscience de l’avancement de son âge. Il a de ce fait tendance à conserver ses habitudes et continue de s’acquitter de ses tâches habituelles. Même handicapé, il tente, du moins dans les premiers temps, de passer outre. Si vous le privez de ses fonctions, par exemple le jeu avec les enfants, ou la garde de la propriété, ou s’il s’agit d’un chien de travail, tirer le traîneau, garder un troupeau, etc, il ne comprendra pas et de ce fait sera malheureux. Donc il convient de savoir doser son effort en fonction de ses capacités, et c’est le maître qui connaît bien son chien qui saura comment ne pas trop fatiguer son chien tout en le laissant quand même faire des choses, s’il en a encore envie.

Le retour des mauvaises habitudes

Parmi les habitudes que le chien garde avec l’âge, ce sont les mauvaises qui s’amplifient. Il aboie plus souvent, et souvent sans raison apparente. Il devient têtu et désobéissant. Il peut arriver qu’il devienne agressif, que ce soit avec les autres chiens ou les humains. Il peut aussi devenir malpropre.

Les troubles du comportement

Les troubles du comportement sont provoqués par le vieillissement du cerveau, que l’on constate de plus en plus suite à l’allongement de l’espérance de vie du chien.

L’agressivité du vieux chien

Malheureusement quand le chien devient agressif avec son entourage sans raison apparente la plupart du temps, ou pour des choses “futiles”, il devient impératif qu’il n’approche plus les enfants car ses réactions ne peuvent plus être anticipées. C’est malheureusement bien souvent à ce moment là que le vétérinaire conseille l’euthanasie.

Le syndrome confusionnel du vieux chien

Le chien semble ne pas avoir reçu d’éducation et son comportement change inévitablement. Il devient victime de pertes intermittentes d’orientation dans l’espace également. Il devient souvent désobéissant et malpropre.

La dysthymie du vieux chien

Le chien présente des fluctuations périodiques et imprévisibles de tous ses comportements. Il rencontre des troubles du sommeil, son comportement alimentaire se modifie, ainsi que son comportement social. Le symptôme le plus représentatif de cette affection est que le chien s’engageant dans une ouverture trop étroite cherche à forcer le passage au lieu de reculer.

Quel est le comportement que le maître doit avoir envers son vieux chien ?

Bien souvent le maître s’adapte à l’âge de son chien, mais les enfants eux n’ont pas conscience d’avoir affaire à un chien fatigué, qui ne peut plus s’amuser avec eux comme il le faisait ne serait-ce qu’un an auparavant.

Comment faire comprendre aux enfants que leur chien vieillit ?

Pour ne pas risquer un accident de santé du chien, il est important de faire comprendre aux enfants que leur chien ne peut plus jouer avec eux comme avant et qu’il a besoin de se reposer. S’il est sollicité, il voudra faire plaisir et continuera en dépassant ses limites et cela pourrait le mener à l’épuisement total puis à la mort.

Les troubles de l’ouïe et de l’odorat

Un chien surpris est souvent un chien agressif qui peut mordre. Avec l’âge le chien entend moins bien. Il faut donc éviter de le surprendre. En essayant de passer devant lui, il risque quand même de ne pas vous voir en fonction du degré de sa cécité. L’idéal est donc, hormis à l’intérieur, de vous placer dans le vent pour qu’il puisse vous reconnaître à l’odeur. En évitant de lui faire des frayeurs, vous ménagerez son coeur fatigué.

La jalousie exacerbée

Le sentiment de jalousie chez le chien a déjà été évoqué (lire cet article), et dans le cas du vieux chien, il faut éviter de le mettre à l’écart à l’arrivée d’un bébé dans la famille par exemple. Sinon il développera un sentiment d’injustice qu’il imputera au nouveau-né et pourra avoir un comportement imprévisible à son égard pour retrouver l’amour de ses maîtres.
Sauf si vous avez l’impression qu’il peut être dangereux, vous devez le laisser s’approcher du bébé, le renifler, en somme faire sa connaissance.

Le chien qui prend de l’âge connaît les mêmes changements que chez l’homme. C’est donc au maître de s’adapter à la situation pour le ménager et lui donner une belle mort. Bien entendu si le chien souffre trop, l’euthanasie sera alors la meilleure chose à faire.

Ajouter un commentaire