ACTUALITES

La cynothérapie au service de la psychiatrie

william lambiotte psychiatre et cynotherapeute

Encore une preuve que le chien est une aide formidable pour la médecine. On savait déjà que le chien agissait comme anti-stress (nous avons édité plusieurs articles à ce sujet comme celui-ci) envers l’homme adulte et enfant, et on commence à enfin reconnaître les bienfaits de la présence canine sur des patients souffrant de problèmes psychiatriques.

Le chien aide-soignant à l’hôpital d’Amiens

A l’hôpital psychiatrique Philippe-Pinel d’Amiens, le chien joue son rôle à la perfection pour, dit-on, non seulement faire sortir de l’isolement les patients, mais aussi leur éviter la mort. Il est évoqué deux cas :

  • Priscilla, 27 ans, s’automutile en se brulant ou en se scarifiant, tout en restant enfermée dans sa chambre, refusant toute communication avec l’extérieur. Depuis la présence des chiens, elle n’est pas guérie certes, mais un grand pas a été franchi : la jeune femme sort tous les jours quand le temps le permet dans le parc de l’hôpital et s’ouvre sur l’extérieur.

  • Stéphane, 43 ans, encore plus malade car atteint de schizophrénie, éprouve le besoin incontrôlable d’ingurgiter tout ce qui lui passe par la main, textiles ou métaux. Sous surveillance permanente, il a pu se libérer de cette pathologie grâce aux chiens pour, du jour au lendemain, arrêter d’avaler des objets.

Les bienfaits des chiens sur les malades

Il est maintenant prouvé que le chien est un « aide-soignant » à part entière et il agit comme :

  1. anti-dépresseur
  2. anti-stress
  3. anti-isolement

Grâce à ces actions bénéfiques, inexplicables sur un plan scientifique (l’amour gratuit et une forme d’altruisme du chien sans doutes d’après nous), un grand pas est franchi pour les psychiatres qui ont alors une possibilité de communication avec leurs patients, au travers du chien.

Une autre vertu de la race canine : dressé, le chien sait reconnaître un patient atteint de cancer grâce à son odorat.

Ajouter un commentaire